Le mot de Valentin Chezaubernard : Pourquoi l’ANGC pour nous gestionnaires ?

On nous a posé cette question plusieurs fois lors du salon de la copropriété qui s’est tenu à Paris la semaine dernière. Ne sachant pas vraiment quoi répondre sur le moment, la réponse est venue plus tard, bien après que les banderoles, les coupes et les badges furent rangés, attendant impatiemment le prochain rassemblement.

La présence de l’ANGC au salon, et surtout de ses membres, anciens, nouveaux et à venir, a permis d’échanger, de raconter en direct notre métier et notre façon de le pratiquer au quotidien.

S’il pouvait être envisageable de collecter la somme des anecdotes partagées pendant deux jours, est-il possible de quantifier le nombre de discussions, de sourires et d’encouragements à en faire davantage ? Voici naître ce sentiment grandissant d’appartenance à un groupe qui s’ignorait encore il y a bientôt deux ans.

Les réseaux sociaux, les démarches auprès des différents acteurs du secteur, les apéros, les cours dispensés et interventions dans les écoles, etc. ; toutes ces actions pour montrer le métier, sous un jour différent de celui médiatique, nous fédèrent et nous rassemblent.

Un de buts premiers de l’ANGC est de remettre de l’humain à l’heure où les rapports le sont de moins en moins. Il semblerait que ça fonctionne incroyablement à en croire le nombre de retours enthousiastes reçus depuis la semaine dernière.

Voyez,

Venez,

Vous resterez

Valentin Chezaubernard

Tags :

2 commentaires

  • Day dit :

    Bonjour,

    Comment devient-on membre?

    Cordialement

    Bertrand Day

  • John dit :

    Remettre de l’humain, bonne idée. Mais pourquoi les syndics surchargent-ils leurs gestionnaires en nombre d’immeubles à gérer ?
    Il faudrait remettre de l’humain aussi du côté des dirigeants des syndics, pas toujours très soucieux du respect du Code du Travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *